Association L'Ange Bleu
A.N.P.I.C.P. (Association Nationale de Prévention et d'Information Concernant la Pédophilie)

33, avenue Philippe Auguste
75011 PARIS
Tél : 06 84 97 72 39


Rechercher sur le site : Tous les mots
Share |

Retour



Pédophilie : une nouvelle approche (traduction)

NZZ, 13 mai 2007

Si l’on en croit le code pénal suisse, les experts sont en plein marasme quand il s’agit de pédophilie. Ils ne savent trop comment protéger les victimes ou punir les auteurs d’abus sexuels sur les enfants. La preuve en est qu’en quinze ans, le législateur helvétique a déjà modifié trois fois les règles pénales sanctionnant les abus sexuels sur les enfants. Il a d’abord raccourci les délais de prescription de l’action pénale, puis les a prolongés, à deux reprises, chaque fois, en outre, avec effet rétroactif, ce qui est assez peu conforme aux principes du droit pénal. On sait au demeurant que certaines personnes souhaiteraient introduire l’imprescriptibilité de l’action pénale sanctionnant les abus sexuels sur les enfants et que, par conséquent, une nouvelle révision bout dans la marmite fédérale. Est-ce une bonne solution ?

Depuis les tragiques affaires récentes de pédosexualité - on pense notamment à l’affaire Dutroux - une sorte de psychose s’est installée en relation avec la pédophilie. La presse et le grand public confondent pédophilie, c’est-à-dire affection pour les enfants, et pedosexualité, c’est-à-dire maltraitance sexuelle des enfants ; des femmes en train de divorcer accusent faussement leur futur ex-mari d’attouchements sexuels sur leurs enfants pour rester seules titulaires de l’autorité parentale et éviter le droit de visite après le divorce ; des voisins en mal de vengeance dénoncent un père qui embrasse ses très jeunes enfants en les serrant sur son cœur ou change les couches de son bébé. Il paraît même qu’un psychiatre aurait signalé à la police et fait arrêter un patient venu seulement lui demander aide et conseil pour ne pas risquer de commettre un abus sexuel.

Comment assurer le meilleur soutien aux victimes et la meilleure prévention de la maltraitance sexuelle des enfants en évitant les abus sexuels et non seulement en attendant qu’ils soient commis pour les sanctionner ?

Il existe en France une association, l’Ange bleu, créée il y a presque dix ans par une femme courageuse et généreuse, elle-même victime d’abus sexuels dans son enfance, qui se consacre non seulement à l’écoute et au soutien des victimes mais aussi et surtout à la prévention en agissant sur les causes de la maltraitance sexuelle.

Le programme d’action de l’Ange bleu comporte l’accueil, l’écoute, l’accompagnement aussi bien des victimes que des personnes en prise avec des attirances pédophiliques. En ce qui concerne ces dernières, il s’agit de les aider à ne pas « franchir le pas de l’acte pédosexuel » (ce sont les termes de l’association) ou, si elles sont des délinquants condamnés, « à ne pas récidiver ». Les proches des victimes comme ceux des pédophiles ou des abuseurs condamnés sont aussi être soutenus dans leur désarroi.

Appuyée par d’éminentes personnalités du monde médical, judiciaire et social, l’Ange bleu a un vaste réseau en France (www.ange-bleu.com) et pourrait s’étendre prochainement en Suisse romande.

Venue tout récemment dans notre pays, la présidente et fondatrice de l’association, Mme Latifa Bennari, y a rencontré des journalistes. En 2002 déjà, lors de la publication de son premier livre, « La Fin d'un silence, Pédophilie: une approche différente » (épuisé), Mme Bennari avait été accueillie au Salon du livre de Genève et intervieuwée à plusieurs reprises.

Le 10 mai 2003, Le Courrier avait publié une longue entrevue de Mme Bennari, intitulée « Donner la parole aux pédophiles pour éviter le passage à l’acte » et présenté la démarche fondamentale de l’Ange bleu qui consiste notamment à distinguer la pédophilie de la maltraitance sexuelle des enfants, afin de cibler la prévention. En 2005, un deuxième livre a paru, « L'Ange Bleu, Pédophilie: prévenir pour protéger » (Ed. du Rocher).

Puissent nos autorités et nos parlementaires étudier les méthodes de prévention de l’Ange bleu avant la prochaine révision du code pénal au sujet des abus sexuels. La protection des enfants en vaut bien la peine.

Suzette Sandoz (ex conseillère nationale et professeur de droit à la retraite, de l'université de Lausanne)

© 2007, NZZ, Suzette Sandoz - 13 mai 2007

 


© 2005 : Association L'Ange Bleu - Conception : KANYOO - Développement : Willm N.
Hébergement : 1&1 - Webmaster : webmaster(at)ange-bleu.be
L'Ange Bleu est une association régie par la loi du 1er Juillet 1901 Préfecture de Police de Paris : N°135 801 – P.J.O. n°1787 du 4 Juillet 1998


"Préservons leur avenir : protégeons l'environnement"