Association L'Ange Bleu
A.N.P.I.C.P. (Association Nationale de Prévention et d'Information Concernant la Pédophilie)

33, avenue Philippe Auguste
75011 PARIS
Tél : 06 84 97 72 39


Rechercher sur le site : Tous les mots
Share |

Retour



Pédophiles abstinents

9 février 2014

«J’ai 19 ans. Je suis étudiant. Il y a approximati­vement un an et demi, je suis tombé par hasard sur une photo d’une petite fille… j’ai l’impression d’être un monstre.»

L’auteur de ces lignes, que nous appellerons Geoffrey, est un Québécois. Il compte parmi le nombre croissant d’hommes aux prises avec des pulsions pédophiles qui lancent un appel à l’aide parce qu’ils détestent ce qu’ils sont.

Souvent désespérés du manque de ressources au pays, ces Québécois s’adressent à un organisme français fondé par une victime de viol qui pense que la société a tout intérêt à aider ceux qui visent réellement l’abstinence.

Un autre homme du Québec, appelons-le Jacques, raconte ainsi ses premières expériences: «J’avais découvert la pornographie pédophile par hasard en cherchant une solution sur internet. Malheureusement, c’est en allant sur les forums de discussions entre pédophiles que ma curiosité m’a poussé à aller sur les sites pédophiles et c’est le plongeon dans la spirale de la dépendance.»

Une porte ouverte

La découverte de l’existence d’un organisme d’aide l’a empêché de se suicider et lui a donné une porte où frapper, dit-il.

L’initiatrice de L’Ange bleu, Latifa Bennari, confirme qu’elle compte plusieurs Canadiens et Québécois parmi les hommes qui la contactent. Sa ligne d’écoute est unique en son genre et vise à tendre la main aux pédophiles qui veulent à tout prix éviter de faire du mal aux enfants. Mme Bennari a elle-même été victime de viol entre l’âge de 7 et 14 ans. Elle n’éprouve aucune complaisance pour les pédophiles, mais elle explique: «J’ai découvert une grande souffrance, une grande soli­tude. Les pédophiles n’ont nulle part pour chercher de l’aide.»

Absence de ressources

Jacques dit en effet avoir longtemps cherché une association, un psychiatre ou thérapeute pour l’aider à comprendre ce qu’il qualifie de déviance. «Comme en Europe ou aux États-Unis, les médias et les psys [au Canada] ne connaissent que les agresseurs, les criminels d’enfants et ne font pas la différence entre un père incestueux et un pédophile abstinent.»

À ceux qui jugent la démarche de L’Ange bleu controversée, Latifa répond qu’il n’est nullement question d’excuser les gestes de nature sexuelle envers des mineurs. Mais elle juge que l’approche répressive seule n’aide pas à régler le problème. «Au Canada comme en France, la justice part du principe que le pédophile va forcément passer à l’acte et que le délinquant va récidiver.» Elle estime que la plupart des pédophiles cherchent justement à refouler ce désir. L’Ange bleu, dit-elle, est là pour les accompagner.

© 2014, Le Journal de Montréal, Florence Meney - 9 février 2014


 


© 2005 : Association L'Ange Bleu - Conception : KANYOO - Développement : Willm N.
Hébergement : 1&1 - Webmaster : webmaster(at)ange-bleu.be
L'Ange Bleu est une association régie par la loi du 1er Juillet 1901 Préfecture de Police de Paris : N°135 801 – P.J.O. n°1787 du 4 Juillet 1998


"Préservons leur avenir : protégeons l'environnement"