Association L'Ange Bleu
A.N.P.I.C.P. (Association Nationale de Prévention et d'Information Concernant la Pédophilie)

33, avenue Philippe Auguste
75011 PARIS
Tél : 06 84 97 72 39


Rechercher sur le site : Tous les mots
Share |

Retour



Omerta sur la pédophilie

Swiss Info, 20 novembre 2001

"Les enfants ne sont pas des jouets sexuels", tel était le slogan de la marche blanche contre la pédophilie le mois dernier à Genève. (Keystone)

En Suisse, comme ailleurs, la pédophilie et ses réseaux criminels profitent encore d’une loi du silence quasi généralisée. A Genève, des ONG lancent un cri d’alarme.

Une coalition d’organisations non gouvernementales (ONG) s’est retrouvée lundi devant le siège européen des Nations Unies pour dénoncer un crime encore largement sous-estimé. Selon ces associations, des centaines de milliers d’enfants sont violés, torturés et même tués de par le monde.

Des crimes commis par des individus souvent liés à des réseaux mafieux qui organisent, eux, des trafics à grande échelle extrêmement lucratifs. Selon le Suisse Georges Glatz, président du Comité international pour la dignité de l’enfant (CIDE), une nuit avec un enfant peut se payer plusieurs milliers de francs.

Un film mettant en scène la torture et le meurtre réel d’un enfant peut valoir, lui, des dizaines de milliers de francs. Or, cette réalité insoutenable profite d’une apathie générale tant de la part de la classe politique que du pouvoir judiciaire, selon les ONG présentes à Genève.

Un phénomène qui s’aggrave

A cela, plusieurs explications. Selon Nicolas Giannakopoulos, de l’Observatoire du crime organisé, les législations nationales et les systèmes judiciaires ont encore peu de prise sur le crime organisé et ses réseaux internationaux.

En Suisse, cette situation s’est aggravée en raison de la réorganisation en cours du Ministère public de la Confédération et de l’Office fédéral de la police, selon Nicolas Giannakopoulos.

A Berne, Michèle Bersier, porte-parole de l’Office fédéral de la police, précise qu’une structure de dix personnes environ sera mise en place dans les quatre mois à venir. Elle aura pour tâche de traquer la criminalité sur l'Internet et tout particulièrement la pédophilie.

Manque de détermination

Michèle Bersier souligne également que les cas de pédophilie sont avant tout du ressort des cantons. Or, Nicolas Giannakopoulos estime que, à l’exception de Genève, les justices cantonales manquent de détermination face à la pédophilie.

Comme l’a relevé Georges Glatz, nombre de juges hésitent à mettre en cause un adulte, parfois un notable, sur la base du témoignage d’un enfant. De son coté, le journaliste français Serge Garde, coauteur du «Livre de la honte» tout juste sorti de presse, affirme que 60 à 80% des plaintes pour pédophilie en France sont classées ou débouchent sur des non-lieux.

Pourtant, en Suisse également, le phénomène prend de l’ampleur. Et ce, grâce justement à l’Internet qui facilite grandement la mise en contact d’un pédophile avec un réseau.

«Ces réseaux facilitent le passage à l’acte», a souligné la Française Latifa Bennari, présidente de l’association L’Ange bleu. Refusant une approche uniquement répressive du problème, Latifa Bennari plaide également en faveur de structures d’aide pour les déviants sexuels et ce pour contrecarrer l’écoute offerte par les réseaux pédophiles: «Il faut faire triompher la parole là où règne le silence».
Frédéric Burnand, Genève

© 2001, Swiss Info, Frédéric Burnand - 20 novembre 2001
Source

 


© 2005 : Association L'Ange Bleu - Conception : KANYOO - Développement : Willm N.
Hébergement : 1&1 - Webmaster : webmaster(at)ange-bleu.be
L'Ange Bleu est une association régie par la loi du 1er Juillet 1901 Préfecture de Police de Paris : N°135 801 – P.J.O. n°1787 du 4 Juillet 1998


"Préservons leur avenir : protégeons l'environnement"